À propos du Grenier des savoirs

Vous ne pouvez pas accomplir des changements fondamentaux sans une certaine dose de folie. Dans ce cas précis, cela vient de l’anticonformisme, du courage de tourner le dos aux vieilles formules, du courage d’inventer le futur. Il a fallu les fous d’hier pour que nous soyons capables d’agir avec une extrême clarté aujourd’hui. Je veux être un de ces fous. Nous devons oser inventer le futur. Thomas Sankara.

Le Grenier des savoirs est un projet d’appui à la publication et à la diffusion en libre accès de revues scientifiques et savantes africaines, pour lutter contre l’invisibilité et la faible accessibilité des savoirs africains dans le monde scientifique et savant.

Il offre un hébergement web gratuit et un accompagnement stratégique aux revues qui en sont membres de manière à faciliter leur visibilité et leur référencement international. Il s’adresse à la fois aux revues en émergence et aux revues déjà existantes qui désirent se doter d’une existence numérique réussie.

L’intégration d’une revue dans le Grenier des savoirs exige le respect des conditions suivantes, dont plusieurs font partie des critères exigés pour l’indexation dans le Directory of Open Access Journals (DOAJ) :

  1. Libre accès intégral aux articles publiés sous licence Creative Commons : le texte de chaque article sera accessible en version html et déposé sous forme de PDF dans une archive institutionnelle ouverte, en particulier le DICAMES pour les textes dont les auteurs et autrices travaillent dans une université membre du CAMES, HAL pour les textes de France, les archives institutionnelles locales pour les autres pays et Zenodo pour les textes d’auteurs et d’autrices indépendantes. Une version PDF imprimable de chaque numéro pourra être négociée entre le Grenier et une revue.
  2. Absence de frais de publication demandés aux auteurs et autrices : aucune barrière financière ne doit nuire à la publication dans le Grenier des savoirs. Comme une grande partie des dépenses de chaque revue sera couverte par les services informatiques, de gestion et de révision procurés par le Grenier, ce dernier demandera et recevra des subventions et des dons qui bénéficieront à l’ensemble des revues. Chaque revue pourra se doter d’un fonds pour ses dépenses supplémentaires en demandant pour elle-même des dons et des subventions.
  3. Respect des valeurs liées à la justice cognitive : pluralisme épistémologique, pluridisciplinarité, plurilinguisme minimal, lutte contre le sexisme en science, valorisation des auteurs et autrices des Suds, écriture inclusive. L’utilisation des médias sociaux et d’infolettre augmentera la visibilité des revues du Grenier des savoirs.
  4. Qualité des articles publiés, essentielle pour établir la crédibilité et la renommée du Grenier des savoirs : processus d’évaluation par les pairs (ouvert ou fermé) en double aveugle, internationalisation des comités scientifique et de rédaction, lutte contre le plagiat, bibliographies impeccables, résumés multilingues et, selon les cas, traductions de qualité des articles, révision linguistique efficace, articles comportant des références à jour, accès libre aux données de recherche.
  5. Les revues devront aussi respecter les autres critères de la politique éditoriale de base du Grenier des savoirs, conformes aux exigences  du DOAJ : au moins cinq articles par année, périodicité régulière, mise à jour régulière du site web, notamment les pages présentant les comités scientifique et de rédaction, métadonnées complètes pour les articles. Les revues pourront compléter cette politique éditoriale par différents points auxquels elles tiennent.

Les revues du Grenier des savoirs pourront bénéficier d’un service commun de gestion des évaluations et de révision linguistique de la version finale des articles si elles le souhaitent. Ce service sera assuré par le Secrétariat général du Grenier des savoirs.

La direction du Grenier des savoirs pourra proposer aux revues des fusions ou des regroupements pour maximiser leur qualité et leur rayonnement, mais ne les imposera jamais.

Les revues existantes pourront négocier une entente avec le Grenier des savoirs pour la numérisation, la mise en ligne et l’archivage de ses anciens numéros.

Le comité scientifique du Grenier des savoirs est le même que celui de la plateforme scienceafrique.org. Il prend connaissance des articles publiés par les revues et peut formuler des recommandations pour en améliorer la qualité. Il peut suggérer des nouvelles revues, des thématiques à des revues, intervenir en cas de mésentente entre une revue et des auteurs ou autrices, évaluateurs, évaluatrices, publiciser les publications du Grenier des savoirs. Ce comité est formé en majorité de chercheurs et chercheuses d’Afrique francophone, car sa langue de travail est le français. Mais il inclut aussi des chercheurs et chercheuses d’Afrique anglophone, d’Europe, d’Asie et d’Amérique, afin d’éviter tout risque d’enclavement. Ses membres se renouvellent fréquemment. Un équilibre des genres doit toujours être maintenu. Ils et elles peuvent être sollicités pour évaluer des articles en double aveugle.

Un comité conseil de la société civile, formé de citoyens et citoyennes qui ne sont pas des chercheuses et chercheurs professionnel, sera aussi formé. Il a pour mandat d’éviter que le Grenier devienne une tour d’ivoire et d’assurer qu’il soit à l’écoute des préoccupations du monde contemporain, notamment de l’Afrique, en traitant des questions les plus « socialement » vives.

Chaque revue constitue son comité scientifique et son comité de rédaction. Pour respecter les critères du DOAJ, ces comités devront dépasser les frontières d’une seule faculté ou d’une seule université. Idéalement, ils seront composés de membres d’au moins deux universités situés dans deux pays différents. La liste à jour de ces membres et de leur affiliation institutionnelle doit figurer sur le site de la revue.

Le Grenier des savoirs est financé par des dons, des subventions et la prestation de certains services supplémentaires aux revues : révision linguistique complète de chaque article, liaison avec le comité scientifique, infolettre personnalisée, version PDF imprimable d’un numéro ou d’une année de publication, graphisme de la couverture, traduction en anglais.

Les Éditions science et bien commun pourront publier des anthologies thématiques d’articles publiés dans différentes revues du Grenier des savoirs, sous la supervision d’un ou d’une responsable.