Instructions aux auteurs et aux autrices

Soumettre un texte à l’une des revues du Grenier des savoirs

Les personnes qui souhaitent publier dans une revue du Grenier des savoirs doivent d’abord prendre connaissance des politiques éditoriales du Grenier. Elles sont invitées en particulier à lire attentivement l’Engagement des auteurs et des autrices qui en fait la synthèse. Le Grenier des savoirs est une communauté qui partage des valeurs et un idéal, notamment l’aspiration à la plus haute qualité et la justice cognitive, et non un service de mise en ligne.

Les futurs auteurs et futures autrices sont aussi invité-e-s à découvrir les pratiques de la revue qui les intéresse en consultant sa présentation et ses pages éditoriales.

Différents types de texte peuvent être publiés, afin de valoriser la pluralité des savoirs : des articles scientifiques, mais aussi des entretiens, des synthèses, des rapports de terrain, etc. Les articles et les synthèses sont évalués par les pair-e-s en double aveugle selon des critères d’évaluation bien précis.

Les différents types de texte qui suivent sont acceptés par les revues du Grenier des savoirs, sauf si c’est explicitement mentionné.

  • Article : présente des données de recherche analysées avec soin et de manière approfondie, ainsi de nombreuses références scientifiques à jour – sera soumis à l’évaluation externe par les pair-e-s
  • Synthèse/débat : présente une synthèse d’articles et de livres récents sur un sujet ou un débat précis, sans données de recherche – sera soumis à l’évaluation externe par les pair-e-s
  • Note de recherche : présente des données de recherche, des analyses préliminaires et quelques références scientifiques – sera soumis à l’évaluation interne du comité de rédaction
  • Pratique/retour de terrain : présente un travail de terrain ou une expérience pratique sans références scientifiques – sera soumis à l’évaluation interne du comité de rédaction
  • Question de recherche : présente une question de recherche ou un problème, sans (ou peu de) données et avec peu de références scientifiques – sera soumis à l’évaluation interne du comité de rédaction
  • Entretien : présente la retranscription d’un entretien avec un-e scientifique ou un-e praticienne au sujet de son activité ou d’une problématique précise – sera soumis à l’évaluation interne du comité de rédaction.
  • Compte rendu : présente en une ou deux pages un livre, un dossier, une thèse, un article, un colloque – sera soumis à l’évaluation interne du Secrétariat général

Au lieu de soumettre un texte complet, il est demandé aux auteurs et autrices de proposer, pour les faire valider, un résumé de leur proposition en utilisant le formulaire officiel de soumission d’un résumé (voir ci-dessous). Aucun envoi de texte par mail ne sera accepté.

Selon la politique linguistique du Grenier des savoirs (voir ci-dessous), il est possible de soumettre un texte dans une langue autre que le français, mais les auteurs et autrices doivent être capable de produire une version en français qui sera elle aussi publiée si le texte est accepté.

Il est possible de republier des textes déjà publiés ailleurs ou d’en publier une traduction, avec l’accord des auteurs et autrices et de l’éditeur original, si cela constitue un apport intéressant à la revue. Veuillez contacter directement le comité de rédaction de la revue dans une telle situation.

En somme, pour soumettre un texte à une revue du Grenier des savoirs, voici la démarche et les conditions à respecter.

Les messages adressés au Secrétariat général du Grenier des savoirs ne doivent porter que sur des questions et non proposer des textes ou des résumés. Adresse : secretariatgeneral@revues.scienceafrique.org.

Proposer le résumé d’une proposition de texte

Un résumé est une manière de présenter rapidement votre projet de texte en vue de recevoir l’approbation ou des recommandations de la part du comité de rédaction de la revue avant de plonger dans la rédaction du texte complet. Un résumé doit présenter de façon claire et concise le thème de votre projet de texte, son approche théorique, sa méthodologie, ainsi que son lien avec l’appel à contribution, le cas échéant. Il est recommandé de répéter les concepts clés dans le résumé pour faciliter leur repérage par les moteurs de recherche.

Veuillez utiliser l’un des deux formulaires ci-dessous pour déposer votre résumé. À noter que vous devrez relire l’Engagement des auteurs et des autrices avant de pouvoir déposer. Notez bien le nom de la revue que vous avez choisie pour ne pas faire d’erreur en déposant.

Chaque dépôt de résumé doit comporter les métadonnées suivantes :

  • Un titre et, s’il y a lieu, un sous-titre.
  • Un résumé de 200 à 250 mots, en français.
  • 5 à 6 références bibliographiques
  • 5 à 6 mots clés, descriptifs mais généraux : ceux que vous utiliseriez pour chercher un article tel que le vôtre.
  • Le(s) prénom(s), nom(s) et l’affiliation officielle de tous les auteurs et autrices, avec leur adresse mail.
  • Une identification du type de texte. Il se peut que le comité de rédaction propose une autre catégorisation de votre texte.

Si le texte de votre article est déjà rédigé, vous devez quand même soumettre seulement le résumé et attendre le verdict du comité de rédaction. En effet, les recommandations à propos de votre résumé pourraient vous servir à bonifier votre texte. Pendant cette attente, vous pouvez formater votre texte pour qu’il réponde aux normes du Grenier des savoirs, en utilisant la feuille de style (téléchargeable ici) ou en respectant scrupuleusement ses normes (voir ci-dessous).

La réponse du comité peut prendre plusieurs jours ou semaines. Ne vous inquiétez pas, votre résumé sera pris en compte si vous avez vu le message d’acceptation apparaître après avoir cliqué sur « Envoyer ».

Le cœur de la politique linguistique et d’écriture inclusive du Grenier des savoirs

Les revues du Grenier des savoirs adoptent une écriture inclusive qui vise à assurer une visibilité égale aux hommes et aux femmes dans la langue française – question qui se pose différemment dans les langues africaines… Cette politique est accessible sur le site du Grenier des savoirs en cliquant sur ce lien. Elle suit les recommandations du Guide d’écriture inclusive des Éditions science et bien commun. En bref, ce Guide propose d’utiliser des formulations neutres (« le lectorat », plutôt que « le lecteur » ou « le lecteur ou la lectrice ») et des doublets : « Les hommes et les femmes », « les lecteurs et les lectrices », « les professeur-e-s », « les citoyen-ne-s ». Lisez le Guide pour en savoir plus. La révision linguistique suivra ces principes.

Longueur et formatage des textes soumis, une fois le résumé accepté

Les revues du Grenier des savoirs recommandent une longueur de 15 pages pour un article ou une synthèse, bibliographie comprise, mais pourraient accepter des textes plus longs ou plus courts si c’est justifié. Un extrait d’une thèse sans mise en contexte ou adaptation n’est pas acceptable. Au besoin, le travail éditorial (évaluation, révision) recommandera de réduire ou de développer un texte.

En conformité avec la politique linguistique, il est indispensable le texte soit accessible, avec le moins possible de notes, de jargon, de concepts nouveaux ou rares dépourvus d’explication ou d’allusions à des débats très locaux ou à des instances très locales sans mise en contexte.

Le formatage doit suivre celui de la  feuille de style du Grenier des savoirs et en tout cas, comporter le moins possible de mise en forme (car nous devrons l’effacer pour la saisie dans notre logiciel). C’est pourquoi nous ne recommandons pas de police de caractère ou de marge, etc. La seule recommandation concerne le stylage des titres de section : seuls deux niveaux de section doivent être indiqués et stylés en utilisant la fonction « Style » du traitement de texte : Titre 2 pour les sections principales et Titre 3 pour les sous-sections. La feuille de style est formatée de la bonne manière et doit être prise en exemple.

Les citations courtes (moins de quatre lignes) sont placées dans le texte entre guillemets français (pas d’italique). Pour les citations longues (quatre lignes et plus), utilisez le style « Citation » qui met la citation en retrait, sans guillemets ni italique.

Les notes de bas de page

Pour appeler une note, veuillez placer le curseur après le mot qui appelle le commentaire, mais avant le signe de ponctuation finale. Les notes de bas de page devront être réduites au strict minimum et présentées dans un ordre croissant. Ne pas appeler de notes dans les titres et les sous-titres de section.

Comment citer vos références bibliographiques dans votre texte

Le style des références du Grenier des savoirs s’inspire du style APA en français, tel qu’expliqué dans ce guide : http://benhur.teluq.uquebec.ca/~mcouture/apa/. Les références en notes de bas de page ne sont pas acceptées.

Pour citer une référence dans votre texte, vous avez plusieurs possibilités. Dans tous les cas, le numéro de la page d’où est tirée une citation entre guillemets doit toujours être présent.

  • Culioli (1990) développe une linguistique de l’énonciation…;
  • dans son livre de 1990, Culioli développe une linguistique de l’énonciation…;
  • selon Culioli (1990, p. 13), « notre époque rend difficile l’appartenance à une communauté qui se réclamerait de la recherche gratuite »…;
  • notre « époque rend difficile l’appartenance à une communauté qui se réclamerait de la recherche gratuite » (Culioli, 1990, p. 13).
  • il existe plusieurs grilles de lecture théorique permettant de mieux saisir les dynamiques vernaculaires et endogènes qui habitent l’estuaire du fleuve Sénégal (Collignon, 2005; Levy et Lussault, 2003; Le Roy, 1997; Claval, 2007; Sarr, 2016; Ndoye, 2015).
  • Les savoirs vernaculaires sont définis comme « ce qui donne sens à une situation ou à un événement par la mobilisation d’une série d’unités d’informations possédées par celui (ou celle) qui met en œuvre ce savoir » (Collignon, 2005, p. 323). Le savoir est une mise en cohérence interne des unités d’informations et sa mise en acte est un mouvement (Collignon, ibid.).
  • Pour un article en ligne uniquement, remplacer les numéros de page par « en ligne » : Il est nécessaire de « bien se relire pour ne manquer aucune erreur » (Tio Babena 2019, en ligne).

L’utilisation de ce style suppose deux éléments cruciaux :

  • mentionner en bibliographie seulement les textes qui ont effectivement été cités dans votre travail (voir la politique linguistique), sans en oublier aucun;
  • chaque référence doit être complète, incluant le prénom, les pages, etc.;

Le style APA vous permet de citer deux (1), trois (2), quatre (3) ou cinq (4) auteurs ou autrices dans votre texte.

  1. Citez les noms des deux auteurs ou autrices à chaque fois.
  2. Citez les noms des trois auteurs ou autrices à la première occurrence, ensuite citez juste le nom du premier ou de la première, suivi de « et al. »
  3. Citez les noms des quatre auteurs ou autrices à la première occurrence, ensuite citez juste le nom du premier ou de la première, suivi de « et al. »
  4. Citez les noms des cinq auteurs ou autrices à la première occurrence, ensuite citez juste le nom du premier ou de la première, suivi de « et al. »

N. B. : À partir de six auteurs ou autrices, citez juste le nom du premier ou de la première, suivi de « et al. »

Formatage des références dans la bibliographie

Nous recommandons fortement l’utilisation du logiciel libre et gratuit de gestion bibliographique Zotero pour réaliser votre bibliographie. Zotero intègre le style APA, ce qui faciliterait grandement votre travail.

Présentez la liste alphabétique unique de vos références dans cette section. Cette liste doit contenir uniquement les références que vous avez citées dans votre texte.

Les références sont présentées selon une variante du style APA, par ordre alphabétique et sans rubrique. Il est demandé d’inclure le prénom des auteurs et des autrices citées, pour faciliter le repérage par le lectorat.

N’ajoutez aucune référence qui n’est pas citée dans le texte.

Dans le cas des références à plusieurs auteurs/autrices, vous pouvez intégralement citer jusqu’à cinq noms (bien vouloir utiliser la conjonction de coordination « et » pour le dernier). Au-delà de cinq auteurs, citez seulement le premier auteur et ajouter la mention « et al. » en italique.

Ajoutez toujours l’adresse web du document cité lorsqu’il en existe une, afin d’aider le lectorat à accéder à cette source.

  • Citer un ouvrage

Kerbrat-Orecchioni, Catherine. 1996. La Conversation. Paris : Seuil.

  • Citer un ouvrage collectif

Rolland-Lozachmeur, Ghislaine (dir.). 2016. Les Mots en guerre. Les discours polémiques : aspects sémantiques, stylistiques, énonciatifs et argumentatifs. Rennes : PUR.

  • Citer un ouvrage traduit

Gumperz, John. 1989. Engager la conversation. Introduction à la sociolinguistique interactionnelle (M. Dartevelle, M. Gilbert et I. Joseph, trad.). Paris : Minuit.

  • Citer un article de périodique. Nota bene : pas de guillemets, titre en italique, ne pas oublier les numéros de page,  ajouter l’hyperlien s’il s’agit d’un article disponible en ligne (même s’il est aussi en version imprimée)

Koulayan, Nicole. 2008. Mondialisation et dialogue des cultures : l’Ubuntu d’Afrique du Sud. Hermès. La revue 51(2), 183-187.
https://revue-hermes-la-revue-2008-2-page-183.htm

Charmillot, Maryvonne et Dayer Caroline. 2007. Démarche compréhensive et méthodes qualitatives : clarifications épistémologiques. Recherches qualitatives, 3, 126-139.
http://www.recherche-qualitative.qc.ca/documents/files/revue/hors_serie/hors_serie_v3/Charmillot_et_Dayer-FINAL2.pdf

Piron, Florence, Diouf, Antonin Benoît, Dibounje Madiba, Marie Sophie, Mboa Nkoudou, Thomas Hervé, Ouangré, Zoé Aubierge, Tessy, Djossè Roméo, Achaffert, Hamissou Rhissa, Pierre, Anderson et Liré, Zakari. 2017. Le libre accès vu d’Afrique francophone subsaharienne. Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 11.
http://journals.openedition.org/rfsic/3292
DOI : https://doi.org/10.4000/rfsic.3292

  • Citer un chapitre/texte d’ouvrage collectif

Tio Babena, Gilbert Willy. 2016. Pensée corruptrice : guerre des places ou guerre des voix ?. Dans Rolland-Lozachmeur, Ghislaine (dir.), Les Mots en guerre. Les discours polémiques : aspects sémantiques, stylistiques, énonciatifs et argumentatifs (135-154). Rennes : Presses de l’Université de Rennes.

  • Citer une communication à un colloque/congrès sans texte dans des Actes

Métangmo-Tatou, Léonie. 1999. Linguistique et développement : un défi à relever. Communication présentée à la conférence internationale sur l’université et son environnement, Ngaoundéré, 18 novembre.

  • Citer une communication à un colloque/congrès avec texte dans des Actes

Mondada, Lorenza. 2008. Contributions de la linguistique interactionnelle. Dans Durand, Jacques, Habert, Benoît et Laks, Bernard (dir.), Discours, pragmatique et interaction. Congrès mondial de linguistique française 08 (881-897).
http://www.linguistiquefrancaise.org

  • Citer un rapport (de recherche ou d’une association/organisation) – mettre le titre au long et pas seulement l’acronyme

Office for Climate Education. 2019. Rapport Spécial du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat). Réchauffement à 1,5°. Résumé à destination des enseignants.
http://www.oce.global/sites/default/files/2019-04/1.5degree_FR_final_LR.pdf

  • Citer un mémoire

Babaa, Chafika. 2005. L’étude des rituels de salutations et de remerciement dans les transactions algériennes : une approche intraculturelle et constrative. Mémoire de master en didactique et linguistique, Université Mentouri de Constantine.
https://bu.umc.edu.dz/theses/francais/BAB877.pdf

  • Citer une thèse de doctorat

Candea, Maria. 2000. Contribution à l’étude des pauses silencieuses et des phénomènes dits « d’hésitation » en français oral spontané. Thèse de doctorat, Université de Paris III – Sorbonne Nouvelle.

Figures, illustrations et tableaux

Lorsque vous utilisez des illustrations, assurez-vous qu’elles sont libres de droits ou que vous en êtes l’auteur ou l’autrice. Il existe des banques d’images libres de droits dans lesquelles vous pouvez puiser, par exemple wikimediacommons ou creativecommons. Utilisez le moteur de recherche search.creativecommons.org/.

Les figures, illustrations et tableaux sont numérotés par ordre croissant et insérés à la bonne place dans le texte. Ils devront être accompagnés des informations (titre, source, mention du crédit, date, licence, etc.) qui permettent de les référencer et devront systématiquement faire l’objet d’un commentaire dans le texte pour être compris du lecteur ou de la lectrice.

Exemples :

Figure 1. Schéma de la reproduction sociale. Source : auteur, date.

Illustration 1. Un hameau dans le Nord-Cameroun, Source : , date. Sous licence Creative Commons CC-BY 4.0.

Tableau 1. Nombre de femmes enseignantes dans la ville de Parakou en 2018. Source : , date.

Éléments typographiques

Faites de votre mieux, la révision linguistique prendra le relais.

Guillemets et apostrophes

Utiliser les chevrons (« ») avec un espace insécable à l’intérieur. Les guillemets à l’anglaise, sans espace après et avant (“”) sont réservés à la citation à l’intérieur d’une autre citation.

Tirets

Utiliser un tiret demi-cadratin (–) pour une énumération, une incise, les répliques d’un dialogue, et non un trait d’union (-).

Espaces

À ne pas mettre avant les signes de ponctuation ? ! ; %

En mettre

  • avant et après :
  • après un tiret demi-cadratin (–) et dans le cas d’une incise après le tiret ouvrant et avant le tiret fermant;
  • entre un nombre ou une lettre et ce qui le quantifie (t. 4, p. 65; livre X, n° 36, XVIIe siècle, avril 2003, etc.) ;
  • dans les abréviations latines (a fortiori)

Majuscules

À utiliser:

  • en début de phrase;
  • pour les noms propres;
  • pour les sigles;
  • pour la première lettre dans la première utilisation d’un groupe nominal (L’Association science et bien commun);
  • accentuer les majuscules (l’État).

Italique

À utiliser pour:

  • les mots, expressions, citations en langue étrangère (sauf noms des associations, institutions, organismes, événements, partis politiques étrangers) ;
  • les locutions latines : op. cit. ibid., infra, supra, a priori, a posteriori, a fortiori, vice versa (mais cf. et etc. sont employés sans italique).

Autres

  • Les années 2000-2010 (et non 2000-10 ou 2000/2010)
  • De 3000 à 4000 participants (et non de 3 à 4000 participants)
  • no, nos : la lettre o en exposant (et non le signe du degré °)
  • etc. (pas etc…) : ne pas oublier de mettre une virgule avant
  • Coupure dans une citation : […]
  • Insertion d’un mot, d’une expression ou d’une phrase dans une citation : [mot/groupe de mots/phrase]

Exemple : Pour Culioli (1990, p. 13), cette  « époque rend [plus] difficile l’appartenance à une communauté qui se réclamerait de la recherche gratuite ».

  • Utiliser « et » au lieu de « & », « dans » au lieu de « in », « et al. » au lieu de « et al. », « dir. » au lieu de « Ed. » ou « Eds. », « paragr. 5 » au lieu de « para. 5 », « p. 45-47 » au lieu de « pp. 45-47 », « sous presse » ou « à paraître » au lieu de « in press ».